Transport de personnes dit « hors normes »

Classé dans : handicap, société, transport, transport handicapé | 0

transport d’un couple peu ordinaire lors d’un week-end festif

Le transport  de personnes dans le métier de taxi peut apporter un véritable enseignement de vie.
Certaines histoires vous sensibilisent.

Voici le témoignage de Michel et Catherine, peu commun et particulièrement pertinent.
Je les ai rencontrés assez récemment lors d’une prise en charge pour une cérémonie dans le Morbihan.
Il fallait absolument une voiture suffisamment haute pour que Michel  puisse y asseoir  sa femme à l’avant, de façon à plier ses jambes au minimum et sans être gêné par un éventuel trottoir, rendant le transfert délicat.

Qui sont-ils ?

Je dois préciser que Catherine est tétraplégique. Parce que victime d’un accident vasculaire cérébral, il y a une vingtaine d’années, elle reste dépendante entièrement d’une tierce-personne

Le handicap  fait partie de leur vie mais n’est pas un frein pour vivre normalement,  même si parfois c’est compliqué.

Membres de l’association du locked in syndrome (A. L. I. S), fervents militants pour la dignité humaine et la fin de vie naturelle, ils interviennent et témoignent à la demande dans des conférences , dans des écoles, lors de formations, écrivent des lettres aux politiques…

Leur enthousiasme humoristique, puis leur dynamisme, enfin  leurs nombreuses actions ont été récompensés par différentes décorations dont la légion d’honneur et la dernière en tant que Commandeur dans l’Ordre National du Mérite (O. N. M).
Par conséquent, Intriguée, je me suis interessée à cette question suivante ;

Comment vivent-ils leurs différents déplacements et transports ?

Voici leur réponse :

« Si nous voulons voyager comme tout un chacun, dans le monde entier, de façon inopinée, à une descente d’avion ou de train, il nous faut un taxi, pas nécessairement adapté ou réservé auparavant, ce qui devient difficile, des services spéciaux existant dans de nombreuses agglomérations, expliquant le refus de certains chauffeurs d’accepter un passager  à l’avant du véhicule , souvent destiné à mettre leur effets personnels.

Par ailleurs, nous apprécions la convivialité et la communication d’un conducteur de taxi expérimenté, n’exprimant pas la gêne du handicap ». (Un chauffeur, en gare de destination, a refusé ce genre de course)!

Un autre  » taxi-driver » s’est aimablement proposé. Et, depuis ce jour, nous faisons appel à ses services, si besoin.
Échange Commercial compréhensible non négligeable

A l’étranger ?

Imaginez un transfert lors d’une visite à Pékin. Nous étions entourés de badauds Chinois locaux attroupés, éberlués.
(ils étaient nullement effrayés par cette pathologie puisqu’ils nous ont recommandé « l’acupuncture »!)

Egalement à Tel-Aviv, à l’aéroport d’Israël, dans une limousine  , ce, alors que le président américain, Bill Clinton, venait de faire une visite officielle et de séjourner dans l’hôtel derrière le nôtre. La direction de l’établissement pensaient probablement recevoir des personnalités importantes, elle avait disposé une corbeille de fruits frais et des fleurs dans une fort belle et vaste chambre.

De plus,durant ce séjour, la vue de cette voiture a facilité bien l‘accès à des sites.

Mettons l’accent sur le respect de ce type d’ handicap dans l’ensemble.  Il est aussi  plutôt bien accepté.
.En outre, de nombreux passants nous offrent leur aide.

Transport anecdotique

Voici une autre histoire vécue :

Un soir, nous revenions d’une conférence.
Alors que nous effectuions ce transfert à l’avant d’un véhicule dans un parking, la portière arrière s’est brusquement ouverte. A notre grande surprise, un individu, masqué par la pénombre, s’est emparé d’un sac  assez volumineux déposé sur le siège.

Il croyait probablement ce larcin des plus fructueux. Or c’était notre sac habituel contenant notre matériel de soins (couches entre autres)!

A noter que pour une fois, nous n’avions pas de tablette numérique, si précieuse pour la communication.

Imaginons donc le désappointement…   » Sans nul doute, Â vous dégoûter d’être voleur. »